LES TMS EN ENTREPRISE

Troubles musculo-squelettiques - TMS

Tendinopathies, lombalgies chroniques, cervicalgies ou encore syndrome du canal carpien sont les exemples les plus fréquents de troubles musculo-squelettiques. Ils affectent les muscles, mais aussi les tendons, les nerfs ou encore la colonne vertébrale.

Dans les faits, ils se traduisent par une gêne voire une douleur qui invalide progressivement le salarié à la fois dans son travail mais aussi dans les gestes de la vie quotidienne.

Ce sont des pathologies multifactorielles qui résultent d’une association de mauvaises conditions de travail, gestes répétitifs ou de stress perçu par le salarié. Les TMS constituent les maladies professionnelles reconnues les plus fréquentes. Ils touchent des millions de travailleurs.

graphique-tms-ostéo-entreprise-1-e1057359
graphique-tms-ostéo-entrerise-2-e1057360

Une fois installé, le traitement d’un TMS est un processus long et fastidieux. Sa prise en charge peut comprendre de la kinésithérapie, de l’ostéopathie voire un traitement médical type anti-inflammatoire. Dans certains cas sévères, la chirurgie peut même être proposée pour supprimer la compression ou le conflit à l’origine de la douleur.

Dans tous les cas, ce processus de guérison doit s’accompagner dans l’idéal d’une réorganisation interne : repenser l’organisation d’un poste de travail, améliorer l’accessibilité des outils, sensibiliser les salariés… En plus de la souffrance humaine, les TMS et le stress entraînent une lourde perte économique pour la société et les entreprises.

Ils sont de plus en plus fréquents et ils sont à l’origine d’un important absentéisme. Pour mémoire, le nombre de nouveaux cas de TMS indemnisés s’accroît environ de 13% par an depuis 1995. C’est pourquoi la prévention de ces maladies doit être une préoccupation des salariés ainsi que de la direction de l’entreprise.